Laboratoire de Géographie Physique et Environnementale


GEOLAB

Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher





Accueil > Thèmes de recherche > Paléoenvironnements et Géoarchéologie

Paléoenvironnements et Géoarchéologie

Responsable : Jean-Pierre Toumazet

Membres permanents

Ph. Allée (PR), M. Bal (MCF), M. Cabanis (CR INRAP), E. Defive (MCF), A. Ejarque Montolio (CR CNRS), M. Liard (CR INRAP), Y. Miras (IR CNRS, Dr. HDR), J.-P. Toumazet (MCF), G. Vernet (IR INRAP, Dr. HDR).

Membres associés

C. Belingard (Dtalents), V. Bellavia (EVEHA), S. Paradis (Post Doc Marie-Curie Italie, Padova), A. Poiraud (Inselberg), R. Rouaud, F. Surmely (DRAC, Dr. HDR)

Doctorants

A. Benatti, A. Mayoral Pascual, G. Rassat

Post-Doctorant

S. Garcia-Alvarez, J. Lonlac Konlac

Mots clés

Paléoenvironnements du Quaternaire – Anthroposystèmes – Paléocrises - Rapports Sociétés/Volcans – Archéobotanique - Biomarqueurs

Éléments clés du projet d’équipe

L’équipe rassemble les membres du laboratoire (Universités Blaise Pascal et de Limoges, CNRS, INRAP, Service Régional d’Archéologie d’Auvergne) travaillant sur le fonctionnement des écosystèmes et des anthroposystèmes sur le temps long, depuis le Pléistocène et l’Holocène jusqu’aux périodes historiques. Elle réunit des savoir-faire dans les domaines des paléoenvironnements (combinant signatures morphosédimentaires et marqueurs biologiques : pollen, microfossiles non-polliniques, diatomées, micro et macro-charbons, graines) et de l’archéologie (préhistoriens, protohistoriens et antiquisants, historiens, géoarchéologues) autour de la question de la gestion des ressources environnementales par les sociétés du passé.

Les thématiques de recherche de l’équipe s’articulent autour de deux axes de recherche :

Axe 1. « Systèmes agrosylvopastoraux, pratiques territoriales et dynamiques paysagères »

Axe 2. « Paléo-crises géomorphologiques et environnementales »

Les principaux objectives sont de :

1. Reconstruire des modèles coévolutifs de fonctionnement des socioécosystèmes en (i) décrivant des états « pré-impacts », (ii) en retraçant les dynamiques écologiques (processus, bouleversements) et les facteurs de contrôle et (iii) en définissant des états « post-impact » (résilience, dérive, altération des services et mécanismes d’adaptation des sociétés).

2. Etudier la construction des paysages culturels de montagne sur la longue durée et définir la diversité des pratiques territoriales (pastoralisme et transhumance, gestion forestière, agriculture de montagne...), leur complémentarité et leurs concurrences, leur étagement et leur mobilité spatiotemporelle (à échelle régionale et locale) depuis la Préhistoire.

3. Calibrer les signaux paléoenvironnementaux et développer la modélisation afin de proposer une restitution paysagère spatialisée à grande échelle à partir des données archéologiques et paléoécologiques (SIG et cartographie numérisée).

4. Intégrer l’analyse environnementale sur le temps long dans la gestion et à la valorisation des écosystèmes montagnards dans un contexte de développement durable.

Zone d’études

Espaces de haute et de moyenne montagne, piedmonts et environnements volcanisés du Massif central (Mont Lozère, Cantal, Chaîne des Puys, Sancy, Limousin) et des Pyrénées.

Aucun article